Comment déduire les frais de notaire dans un investissement locatif ?

L’investissement est l’un des nombreux moyens pour avoir une indépendance financière et assurer son avenir. Si vous avez besoin d’un secteur dans lequel investir vos économies, optez pour l’immobilier locatif. Il s’agit d’une solution d’investissement fiable qui présente des avantages importants pour les investisseurs. Cependant, elle implique aussi certains frais importants, dont ceux du notaire. Comment réussir la déduction des frais de notaire dans un investissement locatif ? 

Tenir compte du régime fiscal choisi pour l’investissement locatif

Pour réussir les investissements dans l’immobilier locatif, il faut louer les services d’un notaire. Ce sont des professionnels qui jouent un rôle indispensable dans le processus de location des biens immobiliers. Il est important d’obtenir l’explication adéquate afin de déduire les frais de notaire pendant la déclaration des revenus. 

A voir aussi : Augmenter votre impact par l'art de la rédaction efficace d'e-mails

Ce sont des frais qui englobent non seulement leurs honoraires, mais aussi les impôts et taxes. Pour le faire, il suffit de tenir compte du régime fiscal qui convient aux revenus de son investissement dans le locatif.

Le régime réel et le régime micro foncier sont les types de régimes qui peuvent permettre de déclarer les revenus des biens. Avec un revenu locatif annuel supérieur à 15 000 euros par exemple, opter pour le régime réel est le mieux à faire.

A découvrir également : Où acheter des pièces de 1 euro qui valent cher ?

 Ainsi, les dépenses déductibles telles que les garanties bancaires, fixées par la loi peuvent être déduites des revenus obtenus. Ce qui permet de bénéficier d’une réduction des frais de l’impôt. En ce qui concerne les honoraires du notaire, le régime réel permet de s’en acquitter.

Pour un investissement locatif rapportant moins de 15 000 euros, la question de la déclaration au régime micro foncier s’impose. Ce qui entraîne une déduction de 30 % de revenus locatifs obtenus. Dans ce cas, il est impossible de déduire d’autres frais tels que celui du notaire de ces revenus fonciers.

Déduire les frais de notaire en fonction du type location

La déduction des frais du notaire peut aussi se faire dans le cadre d’une location meublée. Les revenus sont dans ce cas déclarés sous forme de bénéfices industriels et commerciaux. Ce qui offre la possibilité d’opter pour un statut de loueur en meublé non professionnel ou de loueur en meublé professionnel. 

Avec ce statut de LMNP, il est possible de déclarer les revenus en régime micro bic ou en régime réel. Le régime micro bic implique une déduction de 50 % des rendements annuels. Ce qui prive de la possibilité de déduire les frais du notaire de ces revenus.

Pour le statut de loueur en meublé professionnel, il est préférable d’opter pour un régime réel ou micro foncier. Avec le régime foncier, la possibilité de bénéficier d’une déduction intégrale des frais du notaire et ceux des garanties bancaires est possible. 

Par ailleurs, le statut LMP nécessite deux conditions à respecter. Avoir des recettes annuelles supérieures 23 000 euros et que ces recettes représentent la moitié des ressources du foyer fiscal.

Catégorie de l'article :
Copyright 2024. Tous droits réservés